État (du/et) Sport


2016 marquera sans nul doute un tournant décisif pour la remise à niveau du sport sénégalais ! Après les Jeux Olympiques de Rio, les vieux démons resurgissent à l’heure du bilan, et nous poussent à la polémique stérile en lieu et place de l’analyse froide et profonde.

Il serait, à mon avis, plus pertinent d’arrêter la caravane et de s’asseoir autour d’un bon thé et discuter sérieusement autour de la carte afin de trouver notre chemin.

Acteur averti et professionnel du sport, j’aurais eu la chance ces dix dernières années d’avoir servi le basketball de mon pays à différents niveaux, en tant que bénévole, en tant que professionnel du marketing et de l’événementiel, en tant que membre du Cnbs… J’ai pu constater à quel point le chantier est vaste mais surtout à quel point c’est le désordre.
Il me semble que c’est la même chose dans toutes les disciplines ! On fait valoir la quantité plus que la qualité au détriment de l’efficacité !

Nos modèles de fédération atteignent leurs limites au moment de leur constitution ! Les plus «actifs» dans la pêche aux voix sont toujours élus ! Qu’en est-il de leur profil ?
Ce fait aurait été facilement corrigé si les élus se limitaient à l’aspect politique d’une fédération en confiant l’opérationnel à des professionnels. Mais, malheureusement les «diri-gens» se font la plupart du temps élire pour bénéficier de pseudo-privilèges tels que les émoluments, regroupements et voyages liés aux campagnes des Equipes nationales. J’aurais tellement préféré voir dans la bulle des Equipes nationales, un staff structuré et efficace prenant en compte, en charge et à temps, toutes les données nécessaires à une bonne préparation et une bonne participation.

A LIRE AUSSI  La Lonase : Une menace ménagée !

De ce fait, l’Etat, maître d’ouvrage de ces campagnes, ferait certainement face à une fiche objective et claire qui, du reste, pourrait même intégrer l’apport de partenaires stratégiques et sponsors afin qu’il y ait moins de débat d’argent dans les campagnes.
Quant on délègue son pouvoir à une tierce organisation, on doit pouvoir lui donner un encadrement et un accompagnement efficace du point de vue organisationnel afin d’arriver à un résultat probant. Et par ailleurs ne pas exclure le contrôle et la transparence dans la gestion puisque c’est une délégation de pouvoirs.

Les premiers à crier au scandale à la fin des campagnes sont en général des aboyeurs de tous bords qui ne font que dédouaner leurs structures respectives et entretenir de faux débats jusqu’à ce que le calme revienne après chaque tempête de défaite et de défection.

Nous n’avons point d’excuses et nous ne devrons même pas en avoir le temps ! Notre pays regorge de compétences pour le haut niveau ! Combien d’athlètes, toutes disciplines confondues, ont évolué dans la réalité du haut niveau pendant des années. Y a-t-il un plan mûri de reconversion et de formation pour les amener à intégrer les structures de base (clubs, ligues, fédérations) ? Voilà ce que j’attends de mon ministère des Sports ! Aidez les sportifs accomplis à passer la transition par un système de bourse de formation qui les amènerait à diriger sereinement notre sport !
Je suis tellement fier d’un Aliou Cissé ou d’un Amara Traoré qui auront réalisé cela tout seuls ! Je pense que le jour où ils arriveront, tel un El Hadj Malick Sy Souris au statut de dirigeant, ils auront compris leur mission !

A LIRE AUSSI  Crise scolaire : Doit-on se taire en continuant de murmurer un silence bruissant de parole ?

Notre pays regorge aussi d’athlètes en devenir, un potentiel fou, nous sommes naturellement athlétiques et pour un rien, le jeune athlète sénégalais domine dans sa discipline, Sadio Mané, Gorgui Sy Dieng, et tant d’autres nous le prouvent tous les jours … Ce devrait être une honte pour nous d’aller aux plus hautes compétitions pour faire de la figuration, ce devrait être une honte de ne plus reproduire de Amadou Dia Ba …

Notre problème c’est le modèle ! Il nous faut un plan ! Le ministère des Sports doit impérativement et graduellement changer le modèle de gestion de l’élite ! Le laisser aux mains d’un Directeur technique national et non d’une Direction des Equipes Nationales forte et structurée est une singulière erreur !
Chaque Equipe nationale a tant besoin d’un financier que d’un coach, d’un spécialiste du Marketing que d’un ostéopathe, d’un directeur des Opérations que d’un préparateur physique, d’un secrétariat que d’un intendant !

Au delà de cela, nous devons aussi recréer un modèle de détection et de formation en astreignant les fédérations par le contrat d’objectifs annuels ! Chaque fédération, une académie fédérale pour les U14, U16, U18, … C’est le socle de notre développement sportif à long terme et la garantie de nos performances ! Le partenariat public -privé le permet aisément parce qu’on est au 21e Siècle et le sport reste le seul secteur socio-économique qui aura résisté à toutes les crises !

A LIRE AUSSI  De la République « couchée » sous Wade à la République des « adiya » sous Macky : La laïcité sénégalaise en pleine désuétude.

Le sport est une économie et le Sénégal n’en profite pas assez ! Commençons à voir nos footballeurs et nos basketteurs, bref nos sportifs, comme des investisseurs potentiels et créateurs de richesses pour notre pays … Là nous com­mencerons certainement à investir en eux comme nous le fai­sons pour nos médecins, é­narques et officiers de l’Armée… !

L’Etat du Sport dépendra forcément de l’implication de l’Etat dans le Sport ! Je suggère une reprise en main et un élargissement de l’assiette des compétences au-delà des fédérations !
Exemple pratique, créer une sous-chaîne sportive dans le bouquet national pour la promotion des sports phare et offrir des espaces aux sponsors des différentes disciplines ! Autre exemple, des Olympiades régionales lors des vacances citoyennes en relation avec les directions techniques pour la détection précoce de talents ! Couverture médicale et gratuité des soins pour les jeunes licenciés réguliers aux compétitions dans tous les sports !

Dans l’attente d’un cadre de réflexion et d’analyse plus large, je vous prie de recevoir mes chers amis du sport sénégalais, mes salutations respectueuses.

Sportivement vôtre.

 

Mactar NDIAYE Ndiaga
Président du Sicap Basket Club
Coordonnateur pour l’Afrique francophone de Giants of Africa
Scout pour l’Afrique des Toronto Raptors (Nba)
Consultant de Nike Emea
Consultant de la Nba
Membre de la Fondation Seed Project

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.