Et l’enfant gâté tomba du ciel !


L’erreur est vraiment humaine ; et, par ailleurs nul n’est parfait ! Peu importe notre rang social et notre origine familiale, parfois il nous arrive de nous tromper lourdement voire honteusement. Cependant au Sénégal, le culte de la personnalité est tellement ancré et répandu, surtout chez les musulmans confrériques, que certains de nos marabouts, mis sur un piédestal, en deviennent des intouchables bien qu’ils soient faillibles comme tout être humain. Néanmoins, même quand ils se fourvoient, au lieu de reconnaître leur erreur, ces derniers parviennent par une pirouette suspecte et peu convaincante à se replacer majestueusement sur leur  piédestal.
En effet, après les allégations de Cheikh Béthio Thioune  selon lesquelles Serigne Saliou Mbacké lui aurait confirmé dans une vision la victoire de Abdoulaye Wade en 2012. Un rêve qui deviendra un cauchemar pour le prédécesseur du président Macky Sall au soir du 25 mars 2012. Serigne Mous­tapha Sy, pour sa part, vient de tomber dans les filets d’une miss Sénégal à la morale sulfureuse. Une chute publique qu’il assimile à un complot ourdi par les présidents Abdou Diouf et Macky Sall. En effet, dans une conférence religieuse aux allures de one man show à la place de l’Obélisque, Sms déclarait qu’il n’est pas l’enfant terrible de Tivaouane, comme l’appelaient les caciques du régime Diouf, mais l’enfant gâté du ciel. Cependant il vient de tomber ou de descendre- c’est selon- de son piédestal de façon spectaculaire. La question qu’on se pose à ce niveau est de savoir : Pourquoi le Ciel omniscient l’a abandonné et n’est pas venu à sa rescousse contre les tentations de cette dévergondée qui avait son idée derrière la tête : terrasser ce géant du spiritualisme. «Elie ! Elie ! Lamaa sabastanii», «Seigneur ! Seigneur ! Pourquoi m’as-tu abandonné», comme aurait crié Jésus Christ sur la croix.
Déclarer qu’on est victime d’un complot présidentiel, alors qu’il s’avère en réalité qu’on est tombé dans le piège d’une Aricie qui ne s’en prend qu’à des Vip et des personnages réputés fiers comme Hippolyte. C’est vraiment inadmissible pour un chef religieux qui sait qu’une femme ne peut pas se donner seule en mariage sans l’aval de son père vivant, de son oncle où tout simplement d’un tuteur. Pire selon le marabout, l’intéressée lui aurait dit qu’elle serait envoyée au poteau par son père une fois qu’il soit au courant de ce mariage. Une mise en garde rédhibitoire non ?
Notre intention n’est pas de dénigrer les marabouts ou de remettre en question leur rôle très primordial  dans la société sénégalaise. Mais juste on veut attirer l’attention des disciples sur une réalité : le marabout est d’abord un être humain avec ses forces et faiblesses comme d’ailleurs tout être humain. Et comme l’a dit l’érudit mouride, Serigne Sam Mbaye, la prophétie est descendante et la sainteté est ascendante. En fait, dans sa descente, le prophète est supposé faire des erreurs, car plus il ressemble aux personnes auxquelles il a été envoyé, plus il est digne d’être un prophète, un parangon multidimensionnel. C’est pourquoi d’ailleurs le prophète de l’Islam est le prophète idéal. Au contraire, le saint dans son ascension spirituelle doit s’escrimer à ressembler aux anges ; donc il est supposé commettre des manquements susceptibles d’attirer son attention sur son origine adamite imparfaite, et de  le pousser à plus d’abnégation, de frugalité, de privation et de persévérance pour  arriver au sommet de la perfection. Un long périple ! Que dis-je ? Une éternelle odyssée spirituelle. Donc à nos chapelets !
Elimane BARRY
Professeur d’Anglais

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.