Macky, Un Président qui ne tape que sur les tables


Lors du dernier Conseil des ministres, tenu ce 1er février, le Président Sall a encore tapé sur la table. C’était pour exiger de son Gouvernement des mesures pour remettre en marche l’appareil de radioscopie de l’Hôpital Dantec. Il tient aussi à l’effectivité du Plan national de lutte contre le cancer, qui tue de plus en plus au Sénégal. Pourvu que ce ne soit encore une tempête dans un verre d’eau. Puisque lui qui exige d’autres mesures pour mettre fin aux accidents de la circulation sur nos routes défectueuses a habitué ses compatriotes de décisions sans suite. Ses nouvelles exigences pourraient toujours être comme des coups d’épée sur l’océan, puisqu’il avait juré de « ne protéger personne. Mais, depuis les intouchables fourmillent dans son camp, particulièrement dans les rangs de sa famille. Il avait juré que sa famille ne sera point mêlé au pouvoir. Son frangin, Aliou, est devenu maire de Guédiawaye et Président des maires du Sénégal. Son beau-frère Mansour est maire-ministre, devenu très liquide. Son oncle Thimbo est l’édile de Pikine. Son ministre de la Culture a avoué que c’est la Première dame qui nomme qui elle veut dans le Gouvernement, comme à la tête des sociétés nationales. Il avait aussi « tapé sur la table », pour marteler qu’il va mettre fin à la criminalité devenue galopante. Mais les crimes et braquages continuent de plus bel et partout à travers le Sénégal. Il avait tapé sur la table pour la fin de la mendicité. Mais, talibés, mendiantes, handicapés sont plus que jamais dans les artères de la capitale sénégalaise et devant les feux de signalisation. Il avait tapé, encore, sur la table pour signifier que les marabouts sont de « simples citoyens ». Ce qui est vrai dans une République, même si elle est mal dite. N’empêche, il s’échine pour finir des mosquées et construire des « maisons d’hôtes » au profit de tous les foyers religieux du pays avec l’argent du contribuable ; ceci pendant que les jeunes basculent de plus en plus dans le chômage et que les filles versent dans la déperdition, pour survivre. Dans les hôpitaux ont meurt de plus en plus, malgré la coûteuse médiatisation de « la Couverture maladie universelle », que les Sénégalais tardent à voir. Les structures de santé sont sous-équipées et dans des états lamentables. Il avait juré de respecter l’indépendance de la magistrature. Ce corps est dans tous ses états. La liste de ses coups de poings sur la table est très loin d’être exhaustive. Ses coups ont même fracassé la table. Ce qui pourrait demeurer, puisqu’il est revenu sur la durée de son mandat. Lui qui avait martelé n’en vouloir qu’un seul pour redresser le Sénégal, par une « gouvernance sobre et vertueuse ». Mais depuis son « Plan Sénégal émergent » tarde à prendre forme pour les chefs de ménage, le monde rural et les entrepreneurs nationaux dépréciés et écartés au profit des étrangers, les Français en particulier.

A LIRE AUSSI  Président Macky SALL, sommes-nous désormais libres?

xibar.net

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.