Un si vieux monde dirigé par des “enfants”!


L’Amérique, première “puissance” économique et militaire du monde

 ( pour combien de temps encore?) est née pour ainsi dire il y’a 524 ans. Découverte, par hasard en 1492, par Christophe Colomb qui était à la recherche de l’Inde… Première méprise!  Disons le franchement: l’Amérique est, trop jeune pour ne pas dire infantile, pour assumer  la responsabilité de diriger un monde composé de pays et de nations dont l’Histoire est plusieurs fois millénaire!  Commençons par le début : notre planète terre à 4,5 milliards d’années! Elle en a vu passer des “puissances”.  Puissances défaites par la ronde des jours, puissances qui ploient face à la volonté des “faibles” de s’en défaire pour mettre en place un ordre nouveau. Telle est la dialectique des révolutions qui ont été le moteur de l’Histoire. De l’Empire mongol à l’Empire colonial Britannique en passant par l’ Empire Russe, le Califat des Omeyyades, l’Empire Ottoman, les Empires coloniaux portugais et Espagnol, plus près de nous l’Empire du Ghana, celui du Mali, l’Empire Songhai…. Que d’empereurs et de souverains engloutis par la colère  de leurs sujets ou, tout simplement, dévorés par l’usure du temps! Que de “puissances” , jadis craintes et respectées, aujourd’hui ravalées au rang de mendiants planétaires… La crise financière grecque jure d’avec la magnificence de l’Empire  du même nom…

Et, ne voilà t-il pas que nous voici rendus à l’ère des Présidents “normaux” dixit François Hollande. L’époque des Présidents en CDD (contrat à durée déterminée) un quinquennat renouvelable une seule fois dans le meilleur des cas… L’ère  des Présidents obnubilés par la prolongation de leur contrat sitôt élus… Au lieu de se préoccuper à faire le travail correctement on pense à conserver son job! À tout prix…

En vérité, on en apprend assez de l’Histoire de l’Humanité pour se laisser impressionner par  le dernier venu: Donald Trump, produit brut de l’égocentrisme américain qui considère que son modèle est le meilleur au monde et s’en vante. Un modèle si jeune, si infantile. L’industrie du loisir (entertainement) est la première en termes de rendement aux États-Unis. C’est vous dire le niveau d’infantilisme entretenu: le loisir comme priorité d’une vie. 

Avec les outils de la mondialisation, c’est d’Amérique que sont conçus la plupart des outils qui diffusent et mettent à nu la fragilité et l’ingénuité des dirigeants du monde dit libre. N’importe quel citoyen du monde, muni d’un téléphone intelligent et d’une connexion internet peut suivre en temps réel les délires de Donald Trump et sa méconnaissance du monde réel. Chacun peut s’abonner à son compte twitter et suivre ses élucubrations sur un ordre du monde qui n’existe, au fond, que dans sa tête. Il s’en rendra compte très bientôt. Mais ce n’est pas cela qui me préoccupe.

Ce qui me préoccupe,  c’est le silence du reste du monde face aux insultes à peine voilées de Monsieur Trump à l’endroit de tout ce qui n’est pas américain. Il ne ménage personne. Même pas l’Europe qui a enfanté l’Amérique, en y déportant bagnards et femmes de vie, puis en y exportant une main d’œuvre soumise de force par l’esclavage. Un crime contre l’Humanité qui n’a pas encore été soldé et dont les traumatismes tardent à être résorbés. Soit dit en passant…. Au demeurant, qui se souvient des autochtones de l’Amérique? Les premières nations indiennes massacrées, alcoolisées et parquées, de nos jours encore, dans des réserves au pays dit des “droits de l’homme”… Ne parlons pas du Monde musulman banni, houspillé, accusé de tous les pêchés…d’Israel(?!). Ne parlons pas de l’Afrique, raillée, tournée en dérision et qualifiée de no man’s land où survivent à coups d’aides publiques au développement une faune de noirs braillards, corrompus et incapables de bien se tenir… Il est vrai que plusieurs dirigeants africains correspondent à ce portrait-robot imprimé dans le cerveau de Donald Trump! Reconnaissons que nos dirigeants sont, en majorité, la cause première de nos détresses économiques et sociales. Pour cela ils ne sont pas respectés par la communauté internationale. En dépit des apparences bien trompeuses et des flatteries auxquelles ils sont si sensibles. 

Tout porte à croire, paradoxalement, que l’avènement de Donald Trump va accélérer la décomposition du système de gouvernance mis en place après la seconde guerre mondiale par les “vainqueurs” et leurs alliés. A l’image d’un château de cartes qui s’effondre au premier souffle de vent contraire, les jactances et bravades de Monsieur Trump finissent par lasser, agacer. À force de menacer sans vraiment aller au bout de sa pensée, il en devient de moins en moins crédible, parfois comique. Et c’est cela qui doit nous pousser à refuser la fatalité d’une domination qui est aussi artificielle que les supports qui propagent un mensonge sur la toute puissance des “grandes puissances” qui nous soumettent à un conditionnement médiatique et culturel qui installe dans nos consciences l’idée d’un monde où l’Occident est le plus fort, le plus beau, et si vous n’êtes pas d’accord on vous bombarde!!!! “L’équilibre de la terreur” ils appelaient cela du temps de la Guerre froide.  Aujourd’hui on dit: on ferme nos frontières, On vous expulse du “paradis sur terre” : les pays dits développés et le clinquant qu’ils appellent le confort… périmé avant la prochaine mode. Toute la surenchère médiatique qui nous dépeint un monde occidental heureux, parce que matériellement développé, est un leurre. Le bonheur il est en soi et non l’accumulations des biens et des objets. Il est vrai que le développement spirituel n’est pas quantifiable dans les courbes de croissance. Il n’est pas visible à l’œil nu. Il est pourtant plus durable que le développement matériel. 

Voilà le noeud du profond malentendu entre l’Occident et nous. Ils ne connaissent ne reconnaissent que leur modèle. Et ils veulent nous persuader qu’il est le seul valable. Malheureusement, nos élites succombent à la fascination des biens de consommation et semblent sous hypnose tant elles sont subjuguées par le modèle occidental, ses idées, son mode de vie. Et pourtant, quel prix l’Humanité a payé pour le maintien du désordre mondial actuel: des guerres coloniales tous azimuts, deux guerres mondiales, l’Holocauste juif, la traite négrière, le travail forcé, l’apartheid, la ségrégation raciale… la liste des contentieux non apurée est longue… trop longue. Il nous faut, pour nous en sortir, déconstruire le modèle occidental dans nos têtes et retrouver le sens de nos destins ensevelis sous des siècles de brimades et de vexations. Retrouver le cœur des bâtisseurs de pyramides. Fils aînés de la terre les africains doivent relever la tête. S’aimer. Les uns les autres. Apprendre à relire notre Histoire. En reconstituer les ressorts brisés. Saisir les opportunités de la Mondialisation pour démolir les carcans et fonder de nouvelles alliances gagnant-gagnant. Et nous poser la seule et vraie question: comment et pourquoi le Continent africain si riche de son sous-sol, détenant 60% des terres arables du monde ainsi que de la population la plus jeune au monde peut se retrouver à la dernière place du bien-être et du progrès du genre humain?

Franchement, ceux qui nous dirigent nous doivent des explications!

Amadou Tidiane WONE

woneamadoutidiane@gmail.com

Amadou Tidiane WONE

Amadou Tidiane WONE

Homme politique.
Ancien ministre de la culture.
woneamadoutidiane@gmail.com
Amadou Tidiane WONE

Les derniers articles par Amadou Tidiane WONE (tout voir)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.