Président, attention aux quotas de vos alliés


Le 30 juillet 2017, notre pays va élire les représentants du Peuple à l’Assemblée nationale. Des coalitions se forment par-ci  par-là. L’objectif est de se procurer une majorité  au lendemain de la consultation populaire. Pour l’instant, l’heure est aux investitures. Des décisions très difficiles à prendre aussi bien du côté de la coalition au pouvoir que celles de l’opposition. Mais, il urge quand même d’attirer l’attention du Président Macky Sall sur la répartition des sièges qu’il doit octroyer à certains de ses alliés.
Dans la plupart des journaux de ce mardi 30 juin 2017, on évoque l’ambition du Parti socialiste de Ousmane Tanor Dieng et de l’Alliance des forces de progrès de Moustapha Niasse. Le premier cité réclame, nous dit-on, trente députés et la seconde vingt. Des ambitions qui s’affichent certes, mais leur obéissance pourrait être un danger politique pour l’Apr et son président. Si toutefois, ces alliés de la seconde heure parviennent à décrocher une cinquantaine de députés, il y aura des risques de prendre le Parlement en otage sous le regard impuissant des Apéristes et leur chef.
Monsieur le Président, est-il pertinent d’octroyer 30 députés au Parti socialiste qui a perdu Khalifa Sall  et Aïssata Tall Sall ? Des démissions qui vont se répercuter au niveau de la base verte. Pratiquement, dans beaucoup de localités  du pays ce parti n’est que l’ombre de lui-même.
A l’Alliance des forces de progrès  également, la force n’est plus au rendez-vous. N’oubliez pas que beaucoup de responsables de cette formation politique ont rejoint Malick Gakou, et d’autres ont choisi de tenter seuls leur aventure politique.
Donc, Monsieur le Président prenez du recul avec les alliés de la seconde heure. Votre formation politique, l’Alliance pour la République, a pris du poids pour vous donner la majorité. Ne cédez pas aux chantages
Ousmane BALDE
 Journaliste consultant

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.