Sur les investitures à Mbour : Ce que je crois…


J’emprunte un fameux titre à BBY non pas au Benno bokk yaakaar mais au célèbre journaliste franco-tunisien de Jeune Afrique Béchir Ben Yahmed, pour coller doublement à l’actualité et briser une normalité !
Le département de Mbour doit redorer son lustre d’antan, d’autant plus qu’il est électoralement et politiquement un des départements les plus importants du pays.Loin de toute complaisance nostalgique, mon sentiment est qu’il nous faut réfléchir et faire preuve de responsabilité, de grandeur et de dépassement quant au choix des futurs représentants à l’Assemblée nationale. Nos futurs députables….nos futurs députés.
Il est vrai que la démocratie rime avec la délibération, la prise de décision par le plus grand nombre. Mais aussi, il est question de choix et que tout choix est exclusif. La sagesse populaire nous apprend que pour bien choisir, il faut de bonnes raisons.
Mon sentiment dans une situation si complexe est d’essayer de briser une normalité, cette pratique qui est conforme à ce dont on a l’habitude (tractations, couloirs, parachutage, trafic d’influence,…et qui génère des frustrations ou injustices avec leur cortège de vote-sanction ou de démission.
L’Apr doit rompre avec l’hégémonisme qui frise l’arrogance, le mépris. Nous avons à faire avec des hommes et des femmes libres.«Nit yi, ken momu len» ou mieux comme disait la chanteuse Aby Gana «leppu niëp lune, kune nga ca»
Ce qui ne surprend, ne dérange ni n’attire la curiosité … a-t-on coutume de dire. Je vais essayer de surprendre voire déranger ou arranger selon !
La démocratie c’est aussi le n’importe qui … nous sommes électeurs et éligibles de par la loi.
Qui veut être député ? Qui peut être député ? Qui doit être député ? Qu’est-ce que le député peut-il apporter à la localité ? Je suis un adepte du développement local et je crois que les exécutifs locaux, qui auront une envergure nationale de par leur position professionnelle ou politique, seraient mieux à même d’influer sur l’essor de leur localité. Le député maire est efficace et pour cause. Je suis contre certains cumuls et je suis pour les maires à temps plein, mais cet horizon multiple des Législatives 2017 et de la Présidentielle et des locales de 2019, l’essentiel pour ne pas dire le plus important, c’est la consolidation, le renforcement de la coalition électorale Bby. On ne change pas une équipe qui gagne !
Demander l’arbitrage du président de la coalition politique et qui plus est le président de la République, est une marque de confiance certes, mais également cela traduit une immaturité politique de la part des responsables à la base. Encore que des militants avaient désobéi en 2014.
Les «cadres politiques» locaux doivent prouver leur statut de militants responsables, disciplinés, compétents et constructifs. Je ne parle pas de cadres politiques (Bac+5, 6,7 ou 11).
Le pouvoir se construit !
Toute réalité est un processus ou mieux «dara xëyul sooti». Nous sommes politiquement des membres de la majorité. La majorité est le fait des coalitions qui ont débarrassé Wade du pouvoir. Une recomposition politique est en cours….et les wolofs disent que «langu noon du tuut, ku mer taabi ca». Pour dire que nous n’avons pas droit à l’erreur.
Le département de Mbour doit confirmer sa victoire du Hcct que dirige le Sg du Ps et maire de Nguéniène Ousmane Tanor Dieng…un allié sur !
Il est nécessaire de convoquer la conférence des leaders de Bby et d’échanger respectueusement… sereinement et politiquement.
Nous devons donc redresser la cartographie de notre alliance, celle des locales de 2014 en abordant les investitures objectivement. Le but de la coalition est de gagner pour nous et pour le Président Macky Sall.
Les responsables, les élus et les nommés, ceux-là qui sont dans des positions de pouvoir, de responsabilité doivent impérativement jouer la carte de la redevabilité, d’autant que le département est bien servi. Il reste juste à consolider le tout et tout pour le bonheur de tous et toutes.
Ces personnalités de par leur fonction et posture peuvent assurer la victoire en 2017 et 2019.
Apr : Saliou Samb et Fatou Faty (Mbour commune)
Ps : El Hadji Falou Sylla ( Mbour commune) et une responsable de jeunes (Fissel ou Sessène)
Afp : Aliou Ciss ( Diass) Louise Diouf (Joal)
Wmbr : Babacar Djollof Mbengue (Spécialiste en Tourisme)
Amdem : (un (e) membre cf Cheikh Issa Sall)
Ceci est  un point vue, une position et pas même une proposition. Les partis et mouvement ne sont pas les seules composantes de Bby. Le mode scrutin peut permettre d’avoir cinq députés. Une victoire éclatante pourrait nous valoir une position sur l’échiquier politique ou gouvernemental.
Yalla na bu yakaar tass
 Abdou Karim NDIAYE
Conseiller départemental
Bby/Pit  – Mbour

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.