Belgique : Mais de qui Macky Sall a-t-il peur ?


Belgique : Mais de qui Macky Sall a-t-il peur ?

Le Président Macky Sall a profité de son séjour en Belgique pour rencontrer les sénégalais vivant en Belgique. Un communiqué de l’ambassade du Sénégal à Bruxelles conviait l’ensemble des sénégalais à la rencontre avec le chef de l’Etat.Cette rencontre a d’abord été fixée pour le mercredi 7 juin avant d’être repoussée pour le jeudi 8.

Avant même l’entame de la rencontre, le chef de la sécurité du Président Macky Sall est rentré dans la grande Salle de l’hôtel, un papier contenant les noms de quelques responsables de l’opposition à sa main, et a formellement demandé à Pape Mbodj, coordonnateur du PDS au BENELUX et candidat investi aux prochaines élections législatives, de quitter immédiatement la salle. Ce dernier lui demande alors pourquoi ? L’officier chargé de la sécurité du président lui dit que « pour la sécurité du Président, vous devez évacuer la salle ». Pape Mbodj refusa et lui répondit qu’il a reçu par mail une invitation de l’ambassade et qu’une place a été même réservée en son nom. C’était suffisant pour que l’officier pique une colère et appelle le secours de la police belge. Les policiers belges entourent alors Pape Mbodj et lui demande gentiment de partir. Convaincu que toute forme de résistanceserait vaine, Mbodj accepta alors de partir.

A LIRE AUSSI  Privilégier l’action dans le secteur de l’éducation

Mais Pape Mbodj ne sera pas le seul à être évacué, puisque Adji Samassa va elle aussi être priée de quitter la salle. AdjiSamassa est une Karimiste très connue en Belgique.

Le chef de la sécurité du Président est venu lui demander de plier bagages et de déguerpir manu militari, car la sécurité du Président sall est menacée. Adji Samassa a beau protester, elle ne pouvait résister à la police belge et aux forces de sécurité du Président Sall.

Les sénégalais sont très déçus de cette attitude discriminatoire qui les divise en deux catégories de citoyens. Macky sall est le Président de tous les sénégalais et doit porter la même considération à tous les sénégalais quelle que soit leur coloration politique.

Macky sall est venu en Belgique pour battre campagne électorale. Sa rencontre avec les sénégalais de Belgique a porté essentiellement sur le PSE (plan Sénégal émergent). Une projection sur grand écran a été effectuée pour expliquer le PSE. Si le PSE était une réussite, il aurait fait sa propre publicité. Le PSE est un échec patent dans la mesure où les grands travaux qu’il génère ne profitent pas aux entreprises sénégalaises. Les seules entreprises qui en profitent sont d’origine étrangère. Le PSE n’a aucun impact positif sur la création d’emploi durable.

A LIRE AUSSI  Chronique référendaire : 15 innovations pour approfondir la démocratie sénégalaise

Le gouvernement de Macky Sall vante les performances du PSE qui ont permis, selon eux, d’enregistrer une croissance de 6,7 %. Ce taux de croissance est non seulement le plus bas de la zone UEMOA, mais en plus cette croissance n’engendre pas de retombées sur le plan de la création d’emplois. Elle ne permet pas d’améliorer le pouvoir d’achat des sénégalais.

Le Président et son équipe ont voulu nous vendre les performances de leur politique économique. Force est de constater que sa politique économique manque cruellement d’audace pour soutenir les PME et les PMI qui sont nombreuses dans le pays et qui génèrent beaucoup d’emplois.

Le Président avait promis aux sénégalais que le pays serait autosuffisant en riz en 2017. Nous sommes en 2017, et nous sommes très éloignés d’une autosuffisance en riz. C’est donc un autre échec de sa politique désastreuse.

Le Président avait promis en 2012 de créer 500 mille emplois durant son premier mandat.

Malgré un environnement économique favorable, avec une chute considérable du prix du baril de pétrole, on est très loin de ces chiffres.

Le président Macky sall se targue d’avoir créé dans le pays de nouvelles institutions notamment le haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), le conseil pour le dialogue social et le conseil chargé du dialogue des territoires. Ces institutions sont non seulement budgétivores, mais en plus n’ont aucune utilité. Elles servent à caser une clientèle politique et à se doter de fonds politiques.

A LIRE AUSSI  Les élections législatives 2017 : Enjeux et défis

C’est tout le contraire du discours politique de Macky Sall qui n’a cessé de brailler partout une gouvernance sobre et vertueuse. Il suffit de voir les personnalités mises à la tête de ces institutions pour se rendre compte que Macky Sall attend d’eux un renvoi d’ascenseur : « Néeckal mafi, ma Néeckallafi ». Ce sont donc des institutions taillées sur mesure. On est très loin de la rupture tant chantée par Macky Sall.

Pape Mbodj

Coordonnateur du PDS au BENELUX

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.