Maitre El housseynou Kane aux bancs des accusés ….Vous? Et les autres…….


Maitre El housseynou Kane aux bancs des accusés ….Vous? Et les autres…….

Il est d’un constat manifeste que la campagne électorale de la coalition Benno Bokk Yakar ne repose sur aucun fondement légal. De la même manière, cette campagne va aux antipodes des règles de la bienséance, de l’esprit constitutionnel et du caractère démocratique des élections législatives.
Dans la région de Matam, plus particulièrement, l’un des responsables politiques de l’APR c’est-à-dire Maitre El housseynou Kane et chargé « des affaires juridique du Plan Sénégal émergent » a fait publiquement usage des photos du président de la république Macky Sall lors de sa campagne électorale. Un tel acte est contraire à la légalité et mérite une condamnation ferme.
Et pourtant, la jurisprudence sénégalaise est très précise et limpide sur ce point (Conseil Constitutionnel du Sénégal, Décision n°81, affaires n°2/E/2001-3/E/2001-4/E/2001 du 26 mars 2001, Interdiction du nom “WADE” et de la photographie du Président de la République sur le bulletin de vote de la “Coalition WADE”). Dans la même veine cette jusprudence prévoit en ces termes : « Aucun parti ou coalitions de partis ne peut, au cours d’une compétition électorale à laquelle le Président de la République n’est pas candidat, utiliser l’image ou les attributs constitutionnels de celui-ci ».En d’autres termes, l’image du président Macky Sall ne doit figurer ni sur les bulletins de vote, ni sur les pancartes, encore moins sur les affiches. Dans de pareilles circonstances, c’est l’esprit de la constitution sénégalaise qui est à terre.
Par ailleurs, dans d’autres situations, les achats de consciences vont bon train et par la même occasion, c’est la liberté de choix du citoyen qu’on bafoue. Conscient que la liste Benno Bokk Yakar n’a aucune chance pour remporter les élections à condition qu’il ait des fraudes massives ou que certains individus suivent la logique du bétail électoral, ces politiciens recourent à des moyens illicites et non conventionnels pour combler le gap.
Particulièrement dans la région de Matam le griot-analphabète du président c’est-à-dire Farba Ngom et le maire- illettré de la commune de Bokidiawé Kalidou Wagué sont de véritables partisans des achats de consciences au vu et au su de tous. Ils n’ont aucune capacité intellectuelle pour convaincre les citoyens à voter la coalition Benno Bokk Yakar mais ils ne comptent que sur les mallettes d’argent pour fausser les règles du jeu.
Que ce soit Maitre El housseynou Kane, Farba Ngom, et Kalidou wagué, la morale et le bons sens les obligent à garder le silence, car depuis que Macky Sall est président, aucune réalisation significative n’a été notée dans la région de Matam. En guise d’illustration certains villages comme Ranwa, Doumga 2 n’ont pas toujours accès à de l’eau potable, à l’électricité, à des collèges et lycées modernes, à des centres de santé et les femmes continuent à accoucher dans les toilettes ou sur des charrettes en ce moment du 21e siècle. Cette situation chronique n’est que la partie visible de l’iceberg et d’autres faits plus terribles attestent la pauvreté dont bloque Matam.
Par ailleurs, pour tous citoyens avertis, l’éthique et la morale doivent nous pousser à sanctionner ce régime car non seulement les failles sont multiples mais il plonge le pays dans un désastre sans précèdent.
Ainsi, le laxisme a atteint son paroxysme dans tous les niveaux. Dès lors, le vote-sanction doit triompher dans l’étendue du territoire sénégalais et dans la diaspora car l’actualité récente a montré que le président Macky n’a pas une réponse face aux problèmes qui gangrènent les citoyens. Les fraudes à grande échelle du Baccalauréat et du BFEM, les coupures d’eau à Dakar pendant plusieurs semaines, le bilan macabre de nos frères et sœurs mbourois morts au stade Demba Diop parce que l’État a failli à sa mission régalienne ,c’est-à-dire la sécurité des biens et des personnes en envoyant les forces de l’ordre encadrer et suivre les caravanes de la coalition Benno Bokk Yakar, le pillage de nos ressources naturelles (le pétrole et le zircon), le problème de la machine radiothérapie qui empêche les malades de cancers de se soigner, les accords de partenariat économique qui fait du Sénégal un simple téléspectateur et non un acteur décisif dans la compétition économique face aux puissances étrangères, la mal gouvernance, les rapatriés des États unis grâce à l’échec de la diplomatie sénégalaise, le chômage de la jeunesse, les rapports des corps de contrôles (OFNAC,IGE,CENTIF,COUR DES COMPTES) qui épinglent certains proches du régime de malversations financières, la crise des valeurs et des mœurs qui interpelle le gouvernement à tous les niveaux…ect…
Et pire encore, les tenants du pouvoir continuent la campagne électorale sans décréter une journée de deuil national en la mémoire de nos disparus en bafouant la sacralité de l’individu qui constitue d’ailleurs l’un des fondements de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.
Pour l’avenir et le devenir du Sénégal, notre choix électoral est d’une importance cruciale. De ce fait, chaque citoyen responsable et ayant une conscience lucide, doit analyser les enjeux de cette campagne sous la trajectoire de notre histoire politique. Au final, voter pour la liste Benno Bokk yakar, c’est être à la fois complice et responsable de tous les maux dont souffre le peuple sénégalais. Dès lors, le vote-sanction doit triompher partout dans l’étendue du territoire et dans la diaspora.

Moussa KEBE
Étudiant à la Faculté de droit et science politique (UQAM)
politistescience@gmail.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.