Senexalaat - Opinions, Idées et Débats des Sénégalais
Opinions, Idées et Débats des Sénégalais

Ensemble, Au Nom Du SÉnÉgal

Oui Laurence-Marie Coupier, le passé ne s’oublie pas. Il se cultive ! En effet, de tous les débats agités avant les élections présidentielles de février 2019 au Sénégal, il y’en a un qui m’a particulièrement laissé avec un goût d’une grande amertume ; C’est bien celui portant sur la double nationalité.

Notre cher Sénégal est cette barque ou cette pirogue dans la quelle sont embarqués nos aïeuls. Nos parents les y ont trouvé et nous sommes venus par la suite retrouver ce qu’il en reste. Nous avions cru un moment partager le voyage avec nos parents pour l’éternité. Hélas, ce ne sera pas le cas physiquement parlant, mais nous avons pour mission de ne pas laisser dériver cette embarcation au contenu précieux. Nous avions eu tout de même la faiblesse de croire qu’ils nous accompagneraient tout au long de ce périple. Tout comme nous le ferons avec nos enfants, quelques soient leur lieu de naissance, les métissages qui se seront faits au cours du chemin. Ils auront dans leur ADN ce marqueur indélébile, inaliénable. Et au fur et à mesure que le temps passe, l’on se rend compte que cette appartenance est d’autant plus forte, d’autant plus prononcée, d’autant plus affirmée et d’autant revendiquée et assumée… Nous ne démissionnerons jamais et, cela quand bien même la tentation peut être grande par moment. C’est plus fort que nous et ce n’est pas négociable !

Alors ce voyage de la vie, dans cette pirogue, nous y sommes toujours, se fera avec tout ce que la vie regorge de promesses, d’attentes, de turbulences, de joies ou de peines. Il doit se faire sans discontinuer. Et le secret pour réussir réside sans nul doute dans nos capacités à transcender les difficultés, à innover, à intégrer les nouvelles donnes, tout en gardant les valeurs positives de solidarité, d’hospitalité et de générosité… Ce ne sera qu’à ce prix-là que nous garderons notre bon vouloir de vie commune. Donc, chaque passager doit donner le meilleur de lui-même. Nous devons véritablement apprendre ou réapprendre, à vivre en harmonie, collectivement si nous voulons atteindre notre objectif commun et être heureux.  Il nous faut nous départir et surtout dépasser nos petites personnes, afin de mieux envisager collectivement un avenir radieux avec plus d’harmonie, de cohésion.  Nous le devons à nos enfants !

La nationalité est ce lien juridique et politique unissant une personne à un Etat déterminé. Cette allégeance ou ce lien qui se manifeste par la protection que l’Etat doit à l’individu un certain nombre de garanties à lui apporter.

A LIRE  LA QUÊTE PERMANENTE DU BON PRÉSIDENT

D’un autre côté, l’individu a un certain nombre de devoirs envers l’Etat dont il est le citoyen entre autres, la jouissance des droits. Au vu de la situation sénégalaise, aucune famille n’est épargnée par au moins un de ses membres qui vit à l’étranger et dispose de la double nationalité. Ils sont souvent plusieurs dans d’autres vivant dans tous les continents. Ce n’est pas non plus un phénomène circonscrit à une catégorie sociale ou géographique.

Par la force des choses et par le fait d’un monde de plus en plus ouvert, les gens sont amenés à se déplacer, à s’établir ailleurs . Sans trop nous attarder sur les raisons qui ont amené tout un chacun à vouloir le faire. Et d’ailleurs n’y-a-t-il pas autant de raisons que de cas individuels ?

Choisir une autre nationalité dans ce nouveau monde, n’est aucunement synonyme de renoncer à sa nationalité d’origine. Les questions administratives et de droit font que ce sont des choix faits par certains volontairement afin de mieux s’adapter à son environnement. C’est aussi une conséquence qu’héritent souvent leurs enfants qui n’ont rien demandé. Cela peut procurer certains avantages, avec toujours ses corollaires en termes d’obligations et de devoirs. Notons simplement, qu’on peut souvent être plus utile à sa patrie d’origine en étant à l’extérieur et ayant une autre citoyenneté. Tout comme on peut être dans son pays, sa patrie et y être nuisible !

Comment donc oublier ce débat lancé et entretenu par une certaine presse, avec souvent des animateurs aussi immatures qu’irresponsables ? Il y’en a un dont son visage nous vient à l’esprit, franchement « si la connerie était de la musique, il serait un orchestre symphonique à lui tout seul »

Comment vouloir traiter ainsi d’un débat aussi sérieux, qui soit d’intérêt national, parce qu’il peut mettre en cause à la fois certains fondements de la Nation, que son avenir ou même l’idée que l’on se fait de cette Nation.

Le débat, si toutefois il devenait incontournable, se devait d’être inclusif et positif. Il devait s’agir principalement d’essayer d’imaginer comment mieux intégrer les sénégalais de l’extérieur, leurs enfants, leurs familles.

Autrement dit, comment faire pour leur donner plus de fierté d’appartenir à cette terre , de pouvoir contribuer à son épanouissement, à son rayonnement et à son développement. Trouver des voies et moyens de créer des interfaces afin qu’ils puissent y venir à tout moment continuer leurs études, leurs carrières ; accéder plus facilement à certaines professions libérales, à la fonction publique… etc. Tout cela,  avec une valeur ajoutée certaine.

A LIRE  Feuilleton managérial: Président et Gestion de crise/ Abdou Diouf: désillusion et renoncement (Siré Sy)

Aussi, il ne faut jamais occulter le fait que ce sentiment d’appartenance nationale est aussi naturel, aussi inné, aussi fort et aussi sain que le sens que l’on peut avoir pour la famille par exemple. Tenter de frustrer une grande partie des sénégalais pour des raisons aussi fallacieuses, aussi opportunistes et aussi dangereuses pour des visées pauvrement électoralistes est juste méprisable.

Vouloir faire comme si ces gens-là sont quantité négligeable, au prix de leur dénier cette appartenance somme toute naturelle et légitime est un indicateur sur l’amoralité, mais aussi la dangerosité de certains politiciens professionnels.

Au fond, il faut singulièrement manquer d’intelligence et, ce sens du discernement pour ne serait-ce que lancer un tel ballon de sonde. Allumer des incendies sur ce terrain-là, n’est rien d’autre que de vouloir estropier une partie de cette appartenance. Ce qui en soi constitue un risque insensé qui peut dans quelques années voire quelques décennies nous conduire à des conflits qui sans nul doute pourront déstructurer ce qui reste de cette nation qui commence à tanguer.

Et, le pire dans ce pseudo-débat, est qu’on se focalise sur une personne gênante politiquement parlant pour faire du matraquage. Tout cela, quitte à froisser des centaines de milliers de personnes. Une telle attitude est hélas, édifiante de l’étroitesse d’esprit et de vue de ses promoteurs.

Le jeu politique trouble a tendance à pervertir des questions qui portent en elles des germes d’un renouveau vers un mieux-être généralisé.

Des questions comme celle relevant de la plausible obligation d’inclure dans la nation sénégalaise tout enfant de Sénégalais d’où qu’il puisse naître, méritent certes, des réflexions contradictoires à la fois indispensables, utiles, nécessaires et bénéfiques pour notre salut. Mais, il convient de les aborder avec sérénité et rigueur.

Nous devons résolument regarder ensemble l’avenir dans l’optique de construire, au lieu de nous épancher sur de petits débats à la puanteur avérée et à la senteur dégoûtante.

L’avenir se construit avec toutes les forces vives d’un peuple, avec également cette chance extraordinaire qu’au Sénégal, nous avons tout ce dont une nation a besoin pour s’enrichir, grandir et rester digne et fière. Donc ayons la véritable foi en nous-mêmes dans ce Sénégal polyglotte, cosmopolite par la diversité des apports de toutes parts. Quel que soit leur positionnement géographique, nos concitoyens d’ici comme d’ailleurs ont plus que besoin de leurs points de repères. Il y a de ces choses qu’on ne délocalise pas aussi facilement.  A chaque fois, nous devons nous demander, comment pouvons-nous, d’abord et avant tout, nous investir mutuellement pour rendre réels et solides les liens d’attachement entre ces gens-là et la terre où sont ensevelis leurs ancêtres ? Que faisons-nous de ces liens à caractère sacré, de la mémoire collective, de nos reconnaissances spontanées ? Ce n’est ni dans l’exclusion, ni dans des restrictions insensées, encore moins dans le reniement que l’avenir va se construire.

A LIRE  MANSOUR CAMA, DÉFENSEUR D'UN SECTEUR ÉCONOMIQIUE NATIONAL DIGNE

Quoiqu’il en soit, cela ne signifie aucunement que le fils d’un(e) sénégalais(e) née en Australie, au Japon où que sais-je encore doit avoir moins de droit au Sénégal.

Nous nous interrogeons chaque fois à la frontière quand un agent regarde notre passeport. Nous nous disons souvent que notre véritable identité n’est pas dans ce document. Elle est en nous, nous la portons au plus profond de nous, elle est dans notre langue maternelle, dans nos expressions, dans l’attachement à cette terre de nos ancêtres… Et cela personne, nous disons bien, personne, ni constitution, ni loi, encore moins un décret ne peuvent nous l’enlever.

Le regard que l’on porte sur les sénégalais de l’extérieur est déterminant, il peut souvent créer de l’envie, de la honte, de la fierté, de l’honneur, de la pitié, ou même des sentiments mitigés. Ce regard doit évoluer, dans le sens d’une amélioration positive des comportements. Il est important de juste les considérer comme des sénégalais à part entière. Même si au demeurant, nous avons tous la claire-conscience qu’à force de vivre ailleurs, on finit par devenir étranger de ce qui s’y passe. Mas enfin, permettez-nous de croire que les choses ont beaucoup évolué depuis l’avènement des Nouvelles technologies de l’information et de la communication et notamment avec les réseaux sociaux qui nous font vivre les événements en temps réel.

Nous devons être vigilants, sur certains débats. Ne pas accepter que des politiciens soutenus par une presse médiocre et aux ordres, des chroniqueurs sans aucune constance, ni contenance d’ailleurs nous mènent sur des terrains glissants et improductifs .Par moment, nous nous disons que traiter certains d’entre eux de chiens, n’est pas une insulte qui leur est faite, mais plus une offense à ces animaux, modèle de fidélité par excellence.







Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.