Le Sénégal entre le marteau des charlatans et l’enclume des marchands d’illusion


Il est désormais acquis que le Sénégal est l’un des pays au monde où la religion (la superstition) et la politique politicienne constituent des activités qui ne relèvent plus de l’ordre de l’équilibre, de la lumière, mais elles sont paradoxalement source d’excès de confusions et de ténèbres.

Pour preuve la profusion de sectes religieux (irréligieux), de voyants malhonnêtes et de partis politiques bidons lesquels poussent comme des champignons a fini par brouiller les ondes à tel point qu’on ne sait plus tracer avec netteté la frontière des discours porteurs de vertus de ceux qui ensorcellent, envoûtent et bernent la masse .Alors que les gourous, les charlatans aux verbes enflammés, aux discours mystificateurs endorment la masse à coup de promesses alléchantes, de prédictions erronées ,d’apparats frivoles et de délires grotesques ; des politiciens pervers exploitent la naïveté, la détresse matérielle , le caractère oublieux de populations ignorantes et meurtries par la misère pour assouvir leurs goûts maladifs ou démoniaques du pouvoir en s’adonnant à un pillage quasi systématique des maigres ressources du pays menaçant de ce fait la quiétude sociale.

Le pire, c’est l’association malveillante et dangereuse entre certains politiques pervers profitant de leur pouvoir temporel et des moyens de l’État avec des faux marabouts s’appuyant sur leurs pouvoirs spirituels pour spolier les modestes ressources du peuple. En effet, les cérémonies religieuses font légion et se déroulent à longueur d’année, elles sont l’occasion pour le pouvoir dans une logique permanente de campagne électorale de gaspiller les maigres budgets de la république fruit du sacrifice du contribuable sénégalais par peur de déplaire à certains chefs religieux avides de biens de ce bas monde et de courtiser l’électorat confrérique.

A LIRE AUSSI  Lutte contre le tabagisme : Pourquoi la MTOA se permet-elle de violer la loi ?

Pendant ce temps, les médias pressés de traiter l’information sensationnelle ou people deviennent les complices malveillants de ses deux vampires (charlatans et politiciens véreux) assoiffés d’argent et de pouvoir pour avoir amplifié la voix de ses acteurs peu scrupuleux pour , se détournant ainsi de sa mission noble et sacrée celle d’éveiller et de conscientiser le citoyen pour éclairer ses décisions.

La société civile assiste, les bras croisés , à ce lynchage pitoyable que subit la masse désireuse de trouver un soulagement à sa souffrance économique, morale et sociale , se murant de ce fait dans la loi de l’omerta pour se soucier plus de recevoir des financements que de tirer les populations des griffes de ces monstres éloquents lourdement enfoncées dans la conscience collective et décadente de la plèbe .

Il devient alors urgent voire vital que des personnes lucides et vertueuses jouent ce rôle de sentinelle de la lucidité, de rempart du sens de la mesure, de berger des valeurs , pour non seulement démasquer cette ‘’race d’opportunistes’’ habiles afin que le Sénégal ne sombre pas dans les ténèbres de l’ignorance gardant ainsi intact l’héritage sublime que de vrais hommes de Dieu de la trempe de Cheikh Ahmadou Bamba, Mame Maodo Malick, Mame Limamoulaye, Cheikh Ibrahima Niass,Elhadji Abdoul Aziz Sy Dabakh, lui avaient pris le soin de transmettre par une science religieuse authentique, pure et orientée vers la formation d’un homme désintéressé des choses mondaines et épris de sainteté.

A LIRE AUSSI  « Effacement de l’Enfance » : Quand la télévision est pointée du doigt !

D’un point de vue politique, il est plus qu’impérieux de revenir à des valeurs de don de soi, de sacerdoce, de patriotisme, de convictions citoyennes et démocratiques dont avaient fait montre des leaders charismatiques et intègres mais lesquels étaient incompris pour avoir eu une vision noble et intègre de la politique. Mamadou Dia, Valdiodio N’diaye, Cheikh Anta Diop , par exemple, ont toute leurs vie durant essayer de servir le peuple au lieu de servir de lui, mais ils avaient très tôt constitué une menace pour ses fossoyeurs de la république à savoir les politiciens véreux et certains religieux avides de biens mondains au point qu’ils avaient été l’objet de mépris et de persécutions préjudiciables à la destinée de la nation sénégalaise.

Il devient alors important d’émanciper le peuple du joug insidieux et dommageable de ces pesanteurs politico-religieuses par une éducation religieuse et citoyenne afin de chasser les démons de la politique politicienne et de la religion mercantile hors de la vie citoyenne pour non seulement libérer les énergies positives ,mais surtout de refonder la politique et la religion sur des bases saines permettant de les réconcilier avec les honnêtes hommes.

 

Ciré Aw

Ciré AW

Professeur de philosophie
Diplômé en environnement(ISE- UCAD) et en gestion de projet (ISM)
Étudiant en science de l’éducation à l’Udem(Université de Montréal)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.