Quand l’émergence conduit au développement du sous-développement.


Emerger, est-il le fait de partir d’un point A pour arriver à un point B ? Emerger, est-ce partir d’une situation bien précise pour en arriver à une autre meilleure ? Emerger consiste-t-il à évoluer par rapport à une situation vécue ? Emerger ne se traduit-il pas par des faits réels, par des situations vécues et non pas par des slogans ? Aujourd’hui sommes-nous dans ces situations ? Notre situation d’aujourd’hui est-elle meilleure que celle du passé ? Notre situation politique actuelle est-elle meilleure que celle du passé ? Les élections organisées par le régime actuel sont-elles meilleures que celles organisées par les anciens régimes ?

A six jours des élections législatives plus de 30% de l’électorat Sénégalais n’a pas encore reçu leurs cartes même si l’Etat (Mame Mbaye NIANG sur la RFM) estime que « 5 millions ???» d’électeurs ont reçus les leurs. Est-il normal qu’à six jours des élections d’une telle importance que les sénégalais n’arrivent pas à récupérer ce qui leur permet d’exprimer leurs sentiments. Comment sommes-nous arrivés à cette situation ?

A moins d’un an des élections législatives, l’Etat Sénégalais décide de créer des cartes d’identité-électorale biométrique initiées par la zone CEDEAO. Le Sénégal s’est porté volontaire pour jouer le cobaye. Mais le seul problème qui se pose est qu’en se portant volontaire, il savait bel et bien que des échéances électorales approchaient à grand pas et que le temps ne permettait pas de confectionner des cartes en un délai si court. Malgré toutes ces contraintes, l’Etat a insisté. Que cache-t-on derrière cette insistance ?

A LIRE AUSSI  Pour l’instauration d’un pouvoir gris ou la création d’un parti politique par et pour les Aînés

Cette insistance nous révèle qu’à quelques jours des joutes électorales, la plupart des sénégalais ne sont pas encore en possession de leurs cartes électorales. : L’Etat cherchait-il à diminuer le nombre de votant ? Pire, un favoritisme est constaté dans la distribution des cartes. Ceux qui sont de la mouvance présidentielle reçoivent les leurs et ceux qui n’y sont pas ne reçoivent absolument rien : Est-elle une élection réservée uniquement aux partisans de la mouvance présidentielle ? A côté de cela, des cartes sont retrouvées enterrer devant des mairies réputées de la coalition Benno Bokk Yakkar : Dans quel Sénégal sommes-nous ? Surement pas celui de Kocc Barma ! D’autres cartes sont données à des partisans de la même coalition pour qu’ils les distribuent dans des chambres (Vidéo sur Facebook) : Où est l’éthique ? Au consulat du Sénégal à paris, le consul est pris en flagrant délit de fraude, par un membre de la CENA avec des cartes d’identités non distribuées (Voir vidéo sur Facebook) : Où est la dignité ? Tant de scandales peuvent encore être cités faussant ainsi le processus électoral et mettant en cause sa véracité. Toutes ces manœuvres politiciennes nous révèlent qu’en voulant coûte que coûte créer de nouvelles cartes, une volonté manifeste de tricher était préparée.

A LIRE AUSSI  De l’indépendance à la servitude.

Ce genre de tricherie, on pensait avoir fini avec depuis le temps socialiste. Nous avions connu une évolution nette en matière d’élection après ce régime. Le président WADE, quoi qu’on puisse dire a toujours été réglo dans l’organisation des élections. Mais puisque Macky SALL a décidé de collaborer avec les plus grands socialistes de l’histoire du Sénégal, on ne peut s’étonner que de telles pratiques reviennent : L’émergence conduit au développement du sous-développement ! Un Sénégal « Emergent » c’est quand le jeu électoral est biaisé par ceux qui incarnent cette émergence.

Où est ce Président Macky SALL qui donnait tant d’espoir au peuple Sénégalais lors de son élection en 2012 ? Où est ce Président qui nous promettait une gestion sobre et vertueuse ? Où est ce Président SALL qui vantait la démocratie sénégalaise ? Où est ce Président qui magnifier le processus électoral ? Où est ce président PSE (Plan Sénégal Emergent) ou cette émergence traduit le développement du sous-développement ?

Monsieur le président de la république, vous avez l’obligation de nous restituer nos cartes parce que vous avez utilisé 50 milliards de nos francs de manière obscure pour les confectionner.

Monsieur le Président, votre peuple est surpris et dégouté par votre gestion. Vous l’avez même dit lors de votre campagne en 2012 : « Au Sénégal, nous avons dépassé la période où des élections sont volées ». A travers cette phrase, vous montrez que Me WADE vous a laissé un Sénégal, où en matière d’élections, le processus ne présente pas de soucis majeurs. Avez-vous entretenu ce flambeau ? Etes-vous fier de là où notre Sénégal se trouve aujourd’hui ? N’avez-vous pas rendu anti-démocratique ce Sénégal tant adulé, démocratiquement, au plan international ?

A LIRE AUSSI  De l’exercice « sallocratique » de la fonction présidentielle*

La situation est délicate ! L’heure est grave ! Le coup est déjà parti ! Et nous ne savons quelles seront les conséquences d’ici le 30 juillet. Vous avez créé Monsieur le Président une tension délicate. Vous incitez aujourd’hui à la violence ! Nous ne méritons pas cela Monsieur le Président. Nous qui sommes apolitiques et qui ne voulons que la paix pour le Sénégal, avons peur que le pire ne se produise. Vous avez l’obligation de protéger le Sénégal dans son intégralité. Nous ne vous permettrons pas de mettre notre pays à feu et à sang.

Nous ne savons pas par quel miracle vous allez pouvoir rétablir l’ordre avant le 30 Juillet parce que votre ministre de l’intérieur a déjà séquestré nos cartes. Mais de grâce sauvegarder notre pays et faites de sorte que les élections se déroulent dans les meilleures conditions et de manière loyale.

M.D
Patriote Sénégalais
poussochronique@gmail.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.